[Vidéocratie Part 1]  Vidéo et web : chiffres, évolutions et tendances

[Vidéocratie Part 1] Vidéo et web : chiffres, évolutions et tendances

Ecrit par Cedric le 22 juillet 2010

Sujet: V-marketing

Pour débuter avec cette série d’articles, il nous faut commencer par faire le point sur les évolutions dont nous parlions dans l’introduction de cette étude.

Ainsi, vous trouverez dans cet article les chiffres clés des secteurs concernés par l’évolution de la vidéo. Nous y intègrerons de la vidéo, des liens vers des études, et tout ce qui nous semble important et qui pourra agrémenter nos propos.
Nous nous sommes appuyés sur différentes études, dont celle du CREDOC « Conditions de vie et Aspirations des Français » qui est pour des infos sur l’évolution d’Internet une véritable mine d’or.

Cette étude sera constituée d’une première partie sur l’évolution du web, qui délivrera quelques chiffres clés qui sont toujours bons à prendre ; nous parlerons ensuite des autres supports audiovisuels, télévision, mobiles, etc…divisée en deux grandes parties: la première consistera à montrer l’évolution du web dans ces dernières années (les données concernent la France) car nous partons du principe que la vidéocratie est intrinsèquement liée à l’explosion du web. La seconde partie mettra l’accent plus spécialement sur la vidéo et son utilisation par les différents acteurs de notre société (médias, annonceurs, internautes, etc).

WEB

Pour commencer, les derniers chiffres clés sur l’évolution du web. Mais avant tout, il faut se rappeler une chose que nous précise l’étude CREDOC :
« En 1998, c’était il y a à peine plus de 10 ans, seuls 4% de la population avaient accès à Internet à domicile et 11% seulement disposaient d’un téléphone mobile »…

Un fossé numérique toujours persistant… lorsque 91 % des personnes touchant des revenus supérieurs à 3100 Euros/mois ont accès à internet à domicile, seul 38 % des personnes touchant un revenu inférieur à 900 Euros/mois y ont accès. Il ne faut donc pas oublier que des disparités sont encore très importantes alors ne généralisons pas en disant : « Tout le monde a accès au web n’importe où et n’importe quand ».

Le fossé numérique en France en Juin 2009

…mais qui tend à se résorber! Voici un aperçu rapide sur le taux d’équipement des foyers en micro-ordinateurs, où nous constatons que certains écarts ont considérablement diminué depuis 2003.

Le taux d'equipements en micro-ordinateurs selon les criteres principaux (comparaison 2003 2009)

Internet est (presque) dans tous les foyers

Le taux de pénétration des ordinateurset d'internet de 1998 à 2009

Etude CREDOC (ici)

En juin 2009, 74% de la population disposent d’un ordinateur à leur domicile (+5 points cette année). Chez les adolescents, la proportion est de 94% (+2 points en un an). La progression des connexions à Internet est encore plus rapide : en un an, la proportion des personnes équipées d’une connexion à Internet à domicile est passée de 61% à 67%, soit 6 points de plus ; et près de neuf adolescents sur dix sont maintenant connectés chez eux.

Une autre précision également : le taux de pénétration d’Internet sur le lieu de travail ou lieu d’étude a encore augmenté de 8 points par rapport à l’année dernière, autre facteur qui a bien sûr son influence sur la manière de percevoir les investissements internets pour des entreprises B2B par exemple.

Internet et les foyers français: des tendances évocatrices

L'Internet dans les foyers français 2003 à 2009

- Les jeunes seniors (60 à 69 ans) ont la plus forte croissance entre 2008 et 2009 avec 21 % d’augmentation, passant à 58 %.
- Encore une fois, à noter l’énorme écart entre les non-diplomés (36%) et les diplômes supérieurs (86%) en 2009!
- Enfin, de 2008 à 2009, c’est l’agglomération parisienne qui a eu la plus grosse augmentation (+16%), mais si l’on observe la tendance sur les 6 années, ce sont les villes de moins de 2000 habitants qui ont eu la plus grosse augmentation (+190% !).

IMPACT SUR LA VIDEOCRATIE:
- Aux vues des statistiques, l’internet se généralise pour tout le monde mais n’est pas encore à 100 % de son potentiel. Certaines cibles socio-démographiques sont encore peu présente sur le web, d’autres canaux de diffusion seront alors plus adéquats pour les atteindre.
- L’arrivée en force des jeunes séniors sur le web risque d’être bénéfique à l’essor du support vidéo. Ces personnes qui ont largement été « éduquées » à l’audiovisuel risque fortement de vouloir retrouver les mêmes bases sur le nouvel écran sur lequel ils se lancent…

Le Haut Débit se démocratise, le Très Haut Débit s’insère au sein des foyers français

Le type de connexion internet en France de 2004 à 2009

Exemple:
« La France comptait fin décembre 19,69 millions d’abonnés à l’internet haut et très haut débit, soit une hausse de 10% sur un an, selon les chiffres provisoires publiés hier par l’Autorité de régulation des télécoms, l’Arcep. Sur un an, 1,87 million de clients supplémentaires ont été enregistrés, dont 540.000 sur le seul dernier trimestre. La quasi-totalité des abonnés bénéficient du haut débit (19,4 millions de foyers), très majoritairement (95%) via l’ADSL, le solde représentant essentiellement les clients du câble. Le nombre d’internautes ayant renoncé à l’abonnement téléphonique à France Télécom et opté pour le dégroupage total atteint désormais 6,41 millions, contre 6 millions fin septembre, indique l’Arcep. 290.000 foyers sont par ailleurs abonnés au très haut débit, via la fibre optique (+13,7% depuis fin septembre). » CB Newsletter du 15 Mars 2010

IMPACT SUR LA VIDEOCRATIE:
- Sans cette évolution, la « vidéocratie » justement aurait eu bien du mal à s’imposer. L’évolution de la bande passante a donc eu une répercussion énorme sur le monde audiovisuel, autant dans la conception audiovisuelle que dans ses usages finaux.

Le Web devient un espace de commerce impossible à négliger
En 2001, 7 % des français font des achats en ligne. Aujourd’hui, ce sont 41 % des français, soit 21 millions de personnes… (Source : CREDOC)

IMPACT SUR LA VIDEOCRATIE:

L’augmentation du e-commerce va accélerer d’autant plus l’explosion du support vidéo pour une simple raison: la vidéo augmente le taux de transformation des sites e-commerce. En effet, la vidéo permet parfois de lever plusieurs freins à l’achat présents sur le web (ne pas voir le produit de visu, ne pas bien comprendre toutes les fonctionnalités, etc), ou encore grâce au V-SEO permettant un meilleur référencement (plus d’infos ici). Ainsi, la vidéo est souvent considérée comme un outil de Branding sur le web, mais celle-ci est de plus en plus utilisée dans un objectif de performance et de vente pour le e-commerce. L’entreprise Flumotion nous présente ici 5 raisons pour lesquelles la vidéo peut booster un site e-commerce.

L’ubiquité d’Internet est une réalité!

L'Internet en France toutes connexions confondues de 2005 à 2009

Le Web devient un Média de masse, et la publicité online poursuit son développement

- Les investissements publicitaires bruts sur Internet ont eu une croissance de 8,2 % entre 2008 et 2009 (Hors Search)

Investissements_Publicitaires_2008_2009

- Internet renforce sa place dans les stratégies Cross-média, notamment dans une logique de couplage avec d’autres médias. Plus d’infos ici (mettre un lien vers le baromètre 2010).

Dans ces investissements publicitaires, la video Online (et les réseaux sociaux) auront une très forte croissance en 2010

La croissance des nouveaux usages pour le Branding des marques

Source : Cap Gemini Consulting / Observatoire de l’e-pub 3ème Edition

Les réseaux sociaux continuent leur progression et favorise la propagation de vidéos

Voici une sélection des derniers chiffres Facebook trouvés sur le blog de Vendee Design:

- Facebook a 400 millions d’utilisateurs en début d’année 2010 (soit 20 fois plus qu’en 2007!)
- Le site compte 15 millions de membres actifs en France début 2010 (source ici)
- Un utilisateur moyen passe une heure sur Facebook par jour,
- Il devient membre d’en moyenne 4 groupes par mois et devient fan de 4 pages par mois

Le Real-Time Web est devenu une réalité

Exemple:
« Les membres de Twitter envoient 50 millions de « tweets » par jours soit une moyenne de 600 de ces mini-messages de moins de 140 caractères par seconde, a annoncé lundi le site de socialisation. Kevin Weil, un responsable de Twitter a indiqué sur le blog du groupe que les utilisateurs étaient passés de 5000 messages par jour en 2007 à 300 000 en 2008, puis à 2,5 millions par jour en 2009. En revanche, le groupe basé à San Francisco, en activité depuis août 2006, ne communique pas le nombre de ses abonnés. » CB News, 24 Février 2010

Le Web devient audiovisuel

Le paysage audiovisuel s’est complètement modifié ces dernières années, et le web a eu une part importante à jouer dans cela. Comme l’explique Thomas Paris dans l’excellent article en lien, 3 bouleversements technologiques ont changé la donne : Internet, la numérisation, la compression et miniaturisation.

- La numérisation, qui a standardisé les signaux en bits permettant une diffusion de tous types de contenus sur tous les canaux possibles. A noter également, la numérisation permet une reproduction à l’identique et peu coûteuse.

- L’évolution d’Internet vers du Haut Débit pour tous sans lequel les vidéos seraient bien trop lourdes à transférer sur les réseaux.

- Dans le même temps, la compression et la miniaturisation des formats vidéos ont augmenté de manière exponentielle les capacités de stockage.

Mais aussi les internautes, qui ont pris la parole avant les marques sur le web avec les contenus UGC : ces derniers ont connus une croissance exponentielle ces 3 dernières années. En 2007, 6 heures de vidéos étaient téléchargées par minute, en Avril 2008, 10 heures, en Novembre 2008, 13 heures par minute, en Mai 2009, 20 heures et enfin, 24 heures de vidéos uploadées par minutes en Mars 2010 !

La vidéo s’intègre dans de nombreuses stratégies digitales des annonceurs, quelle que soit la problématique posée. Le graphique suivant nous montre ces différentes problématiques (Cap Gemini Consulting / Observatoire de l’e-pub 3ème Edition) :

L’ Internet Mobile démarre enfin son essor…

Voici un paragraphe significatif de la dernière étude du CREDOC (ici) « La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française » :

« 13% des abonnés utilisent leur mobile pour consulter Internet : la proportion a presque doublé en un an. Chez les adolescents, le pourcentage est passé de 12% à 19%. L’Internet mobile n’est plus réservé aux passionnés des nouvelles technologies, il se diffuse maintenant à des franges de la population bien plus larges : rapporté à l’ensemble de la population, on peut estimer qu’environ 5 millions de personnes sont concernées. »

L'évolution de l'Internet mobile en France de 2005 à 2009

De même, dans la catégorie des 18-24 ans, ce sont plus de 54 % des personnes de ce groupe qui se sont connectées en mobilité dans l’année 2009.

Autre statistique significative trouvé ici : une étude de l’EIAA (European Interactive Advertising Association) conduite en Europe avec 15 000 participants a montré que les européens passent aujourd’hui plus de temps sur l’Internet mobile (6,4 heures par semaine) qu’à lire des journaux (4,8 heures par semaine) ou encore des magazines (4,1 heures par semaine).

http://www.flumotion.com/blog/2010/03/10/mobile-video/europeans-spend-more-time-using-mobile-internet-than-reading/

Cependant, le besoin d’utiliser internet ne se fait pas encore réellement sentir.

Pourquoi les gens n'utilisent pas Internet sur leurs mobiles

Exemple:
« Le marché des applications pour téléphones et autres appareils portables devrait presque tripler d’ici à 2012, pour atteindre 17,5 milliards de dollars (12,5 M€), selon une étude réalisée par le cabinet Chetan Sharma pour le compte de GetJar, la deuxième plus grande boutique en ligne d’applications. Alors qu’un peu plus de sept milliards d’applications ont été téléchargées en 2009, il devrait y avoir 50 milliards de téléchargements en 2012. Les applications mobiles existent depuis la fin des années 1990, mais c’est vraiment le lancement de l’ »App Store » par Apple, destinée aux téléphones iPhone et aux baladeurs iPod Touch, qui a été l’élément déclencheur de leur essor, en 2008. Actuellement, le marché est évalué à environ 6 milliards de dollars. »
CB NEWS du 19/03/2010

En somme, voici un petit aperçu en temps réel de ce qui se passe sur le web à l’instant où vous lisez ce texte…

Pour faire court : L’internet s’est ancré au coeur de la société ; l’Internet devient audiovisuel : l’audiovisuel est ancré au coeur de la société.

AUTRES SUPPORTS

Les équipements TV poursuivent leurs évolutions

Evolutions des équipements TV chez les foyers français de 1999 à 2009

La consommation du Web explose, sans pour autant faire baisser la consommation TV

Evolution de la consommation de la télévision en France de 1999 à 2009

La force de l'audiovisuel étude tv et internet 2009

D’ailleurs, les français sont toujours très attaché à la télévision.

La perception des téléspectateurs en 2010 face aux différents médias

Exemple:
« Toujours plus de temps devant le petit écran : la nouvelle étude d’Eurodata TV Worldwide menée sur 89 pays et publiée hier a montré une progression de 3 minutes de la durée d’écoute moyenne quotidienne de la TV en 2009 par rapport à 2008, atteignant 3 heures et 12 minutes. L’augmentation de la consommation du petit écran est constante depuis 2004 (+9 minutes) et devrait se poursuivre en 2010, avec l’effet Coupe du monde et au regard des chiffres de janvier et février. Avec 4h40 de consommation par jour en moyenne, l’Amérique du Nord précède le Moyen-Orient (4h34); et le téléspectateur allemand, avec 3h32, reste le plus téléphage des Européens. Les programmes locaux -le Super Bowl et ses 98 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis, le « Donald Duck and his friends » diffusé traditionnellement à Noël en Suède, du Nouvel an chinois- restent les plus fédérateurs, malgré une mondialisation des contenus. Quant à l’investiture d’Obama, elle a fait un carton avec 38 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis, le deuxième meilleur score pour un président américain derrière Ronald Reagan. » CB News 19/03/2010

Ainsi, les investissements en TV progressent toujours

Les investissements publicitaires TV en France de 1999 à 2009

Les médias ne se cannibalisent pas, ils se complémentent pour l’annonceur
En 2004, 32% des annonceurs qui investissaient en TV investissaient aussi sur Internet. En 2009, ce chiffre est maintenant passé à 64%.

L’étude CREDOC confirme d’ailleurs cette tendance :
« Le marché s’orienterait donc plutôt vers une diversification et une complémentarité des moyens de regarder la télévision, plutôt que vers une substitution d’une technologie à une autre »

La consommation des programmes continuent sa délinéarisation

Principalement grâce au fait que la télévision devient accessible sur différents supports:

Evolution des différents modes d'accès à la télévision de 2006 à 2009

Exemple:
« Le public regarde de plus en plus la TV en différé. Selon la dernière vague de l’étude Global TV réalisée par Médiamétrie en octobre-novembre 2009 auprès de 7076 individus âgés de 13 ans et plus par Médiamétrie, la consommation délinéarisée des programmes du petit écran est en augmentation. Il s’agit tout d’abord des programmes en différé enregistrés sur disque dur, DVD ou encore cassette vidéo, puisque 9,3 millions de personnes en France en ont regardé sur les 30 derniers jours. » CB News 31/03/2010

Les consommateurs ne choisissent pas entre tel ou tel média, la consommation de tous les médias augmentent!


L'évolution des équipements médias en France de 2005 à 2009

Comme l’internet, la vidéo devient ubiquitaire pour une consommation « ATAWADAC » (Any Time Any Where Any Device for Any Content)

- 25 % des américains déclarent avoir regardé une vidéo dans le mois écoulé sur leur téléphone.

Exemple:
M6 Replay débarque sur iPhone. Selon nos informations, M6 s’apprête à lancer une application iPhone pour M6 Replay, le portail de catch up tv de la chaîne. Elle sera disponible prochainement et gratuitement via l’iTunes Store (la plateforme d’Apple) et donnera accès à l’ensemble de la grille des programmes de la Six. Ainsi les possesseur de ce terminal pourront regarder en mobilité les séries de la chaîne, les rendez-vous d’info (dont le 19.45 ou les magazine comme Capital) et les divertissements (Nouvelle Star ou Pékin Express). CB News 24/03/2010

La vidéo sur mobile devrait exploser en 2010

La TV apprend du web : la publicité TV sera interactive

« TF1 et Orange ont annoncé hier la signature d’un partenariat pour rendre interactives certaines campagnes publicitaires, une innovation qu’ils espèrent généraliser au reste du marché. Une expérimentation sera lancée début mai: les clients de la télévision d’Orange (soit plus de 2 millions de foyers) verront alors un bandeau s’afficher sur certaines publicités diffusées sur TF1. En cliquant dessus avec leur télécommande, ils accèderont à un mini-site interactif dédié à l’annonceur, avec des photos et vidéos du produit.Le téléspectateur pourra aussi demander à être contacté, commander de la documentation, recevoir un échantillon, connaître la liste des points de vente… Pour les annonceurs, l’offre publicitaire prendra la forme d’un pack incluant la création du mini-site, le référencement sur le portail d’Orange et la mise en interactivité des spots. Orange avait auparavant expérimenté cette technologie sur ses propres chaînes. » CB News du 31/03/2010

Quel que soit le support, tout devient « video-ready »
Si nous devions faire un tour des tous les supports de communications possibles, nous pouvons nous apercevoir que tout devient « video-ready ».
- La télévision et le cinéma, n’en parlons pas.
- Le web, comme nous l’avons vu, devient largement audiovisuel
- La presse reste bien sûr un média texte, mais la France a vu naître avec les Echos la première publicité  » Video In-Print » en Avril 2010 avec Citroën, comme Panorama en italie l’a fait, ou encore CBS et Pepsico aux Etats-Unis également…alors ne doit-on pas y voir des signaux faibles d’une future presse audiovisuelle ?
- L’affichage est lui aussi de plus en plus dynamique : l’affichage statique en PLV est remplacé par des écrans dynamiques (à Mc DO, dans les pharmacies, en grande distribution, dans les bureaux de tabac, dans les agences de voyage…) et l’affichage extérieur quant à lui, reste majoritairement statique, mais de nouvelles technologies viennent agrémenter ces supports, comme les Flashcodes.
Les Flashcodes ont créé un nouvel espace pour diffuser de la vidéo, qui est encore loin d’être exploiter à son maximum. Pourtant, de plus en plus d’initiatives sont prises où la combinaison Flashcode et vidéo.

L’affichage dynamique est aussi un moteur de la vidéocratie

Les entreprises n’hésitent plus à placer des écrans plats en PLV, afin de dynamiser l’espace d’achat pour informer, personnaliser, divertir et pousser à l’acte. Le contexte est très favorable à une explosion de l’affichage dynamique pour plusieurs raisons:

- d’une part, le marché des écrans plats continue à progresser fortement et tend à devenir la norme, autant dans les foyers qu’à l’extérieur.
Voici des statistiques trouvés sur Planetscope:
« Le marché mondial des téléviseurs devrait connaître une croissance de 6% en 2010 avec 218 millions d’unités vendues. Les Etats-Unis, l’Europe occidentale et le Japon resteront encore les principaux demandeurs avec une tendance vers des écrans de plus grande taille. Selon le cabinet d’études américain DisplaySearch, les ventes mondiales de téléviseurs à écran plat devrait presque tripler durant l’année 2010, par rapport aux 146,9 millions d’exemplaires de 2006. DisplaySearch indique que ce sont les écrans LCD qui enregistreront la plus forte progression avec 171 millions de ventes contre 140,5 millions en 2009 (soit 78 % de l’ensemble des téléviseurs vendus en 2010!).

Tout converge !

- En 2012, 6 millions de foyers français auront un TV connectée à Internet.

Les futures evolutions TV 2012 en France

- Les consommateurs veulent de la convergence !

les consommateurs veulent de la convergence

Voici le dernier Update de la vidéo « Did You Know » devenue une référence sur le web.

Voici la vidéo Social Media Revolution de Socianomics:

En conclusion de cet article, nous pouvons dire que tout est réunis pour que la vidéo poursuive dans notre société un développement en croissance constante. Ce qui m’apparaît important de retenir est la corrélation entre l’évolution du web et l’évolution de la vidéo. Le web ne sera demain plus un cinquième média de masse comme on le dit aujourd’hui mais bien une base globale, qui sera au centre des transmissions de l’information et de la communication de tous. L’audiovisuel quant à lui, est en train de s’ancrer au coeur même de ce système, réinventant sans cesse de nouvelles manières d’utiliser la vidéo. Nous pouvons voir dans ce développement une formidable opportunité de créer des interactions plus fortes et des relations plus denses entre tous les acteurs, mais nous pouvons y voir également un risque : celui de la vidéobésité, rendant accro les gens à l’audiovisuel par une surabondance de vidéos dans leur quotidien.

Cédric Gavillet

Commentez! Le Captain eBlog adore Ça!

Additional comments powered by BackType