David Lynch et la Pub : Quand l’étrange et l’absurde rencontre les marques

David Lynch et la Pub : Quand l’étrange et l’absurde rencontre les marques

Ecrit par Cedric le 16 août 2010

Sujet: Inspirations

Après notre dossier sur le fils de pub de Gainsbourg, nous allons nous intéresser au parcours publicitaire de l’un des plus grands réalisateurs de cinéma, David Lynch. Il est le maître incontesté du rêve, de l’absurde et de l’étrange. Respecté pour ses films (Eraserhead, Elephant Man, Blue Velvet, Lost Highway, Mulholland Drive, Inland Empire,…) David Lynch est également connu pour avoir réalisé un grand nombre de publicités pour des marques plus que prestigieuses : Dior, Calvin Klien, Nissan, Giorgio Armani, Sony…

Et cela n’est pas étrange de retrouver David Lynch dans dans un autre monde que celui du cinéma, puisque c’est un homme pluridisciplinaire (touche à tout comme disait Nicolas Sarkozy en lui remettant la légion d’honneur en 2008). En effet, Lynch est aussi photographe, peintre, sculpteur, musicien…et même créateur de meuble !

Dans chacun de ses domaines, Lynch sait adapter son génie et garde une liberté de création quasi totale ! Mais qu’en est-il dans le monde de la publicité ? Le mariage s’opère t-il correctement entre Lynch et le Branding des marques ? Le génie créatif de Lynch est-il bridé par un dir comm un peu moins imaginatif que les synapses du réalisateur ? ou les marques ont-elles compris que la clé du succès résidait dans la liberté de création du réalisateur ?

Toutefois, il ne faut pas oublier que Lynch joue franc jeu avec les marques, comme avec les spectateurs : s’il fait cela, c’est d’abord pour l’argent, puis pour essayer de nouvelles techniques vidéos, choses qu’il n’a jamais caché. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il ne va pas se creuser un peu les méninges…

Enfin, il y a aussi les spectateurs que Lynch partage. Ceux qui n’aiment pas le style lynchien (vous savez, ceux qui à la fin de Mulholland Drive disent : « a la fin du film il n’explique rien, le film est complètement absurde, donc c’est nul ») n’aimeront probablement pas le style des publicités qui vont suivre, et ceux qui en sont fans continueront de crier au génie.

Alors voici une sélection de publicités réalisées par David Lynch, certaines très créatives, certaines plus « terre à terre », certaines qui vont réveiller des souvenirs (je pense notamment à une des pubs pour Playstation 2) et qui vous permettra de vous créer votre propre opinion sur le style lynchien dans la publicité.

Commencons alors cette série de pubs par le thème du parfum :

1988 : La campagne « Obsession » de Calvin Klein

Premier morceau avec Benicio del Toro et Heather Graham sur un thème de F. Scott Fitzgerald

Deuxième morceau avec pour thème Ernest Hemingway

Troisième morceau avec pour thème D.H. Lawrence

Pub « who is Gio » pour Giorgio Armani réalisé en 1992:

Pub pour le parfum Opium (1992) :

David Lynch – opium
envoyé par ulfablabla. – Découvrez plus de vidéos créatives.

Pub Gucci by Gucci de 2007 :

Pub pour Dior « Lady Blue Shanghai » (2010) :

Des plans travaillés à la sauce « Inland Empire », des plans très près de Marion Cottillard, comme la femme rousse au début de Inland Empire.
Le sac rappelle bien sûr le cube bleu de Mulholland Drive, et les deux personnes du service de l’hôtel les hommes typiques de Lynch au réponses étranges, comme dans Mulholland Drive et le chef de la mafia (et son fameux « Yesss »)…bref, des mêmes ingrédients utilisés mais qui sont toujours aussi délectables… et une Marion Cotillard en magnifique actrice Lynchienne !

Continuons à suivre Lynch un peu plus dans l’étrange, avec deux objets fréquents de l’univers de Lynch…coffee & cigarettes :

Pub pour la marque de cigarette « Parisienne » (musique rappelant assez fortement Lost Highway)

Pub (voire court-métrage…) pour la propre marque de café de Lynch « Lynch Coffee Signature Cup » :

Afin de faire un petit break, voici deux publicités plus terre à terre, dont une pour Barilla avec Gérard Depardieu tout de même assez décevante car peu originale. La première quant à elle, apparaît comme beaucoup plus liée au style de Lynch (ne serait-ce que par la musique et l’utilisation du miroir)

Pub pour les tests de grossesse Clearblue :

Pub Barilla (1993) :

La campagne suivante pour Playstation 2 apparaît ici comme une parfaite collaboration entre Lynch et une marque. Il faut dire que le positionnement choisie par Sony et le territoire de communication associé à la marque a du donner à Lynch un espace de création ouvert à toutes fantaisies cinématographiques.

Campagne PS2 « The Third Place » :

Voici ici un excellent article d’analyse de cette pub, qui peut être perçue comme une des plus « lynchiennes » de toutes celles proposées.

Campagne PS2 « Bambi » :

Campagne PS2 :

Campagne PS2 :

Pour terminer ce dossier, voici quelques pubs encore une fois hors du commun…

Pub pour Adidas en 1993 intitulé « The Wall » :

The wall
envoyé par qbin2001. – Futurs lauréats du Sundance.

Teaser pour la sortie du Short Film « Dangerous » de Mickael Jackson:

Pub pour la Nissan Micra :

Lynch a su apporter sa marque de fabrique dans quasiment toutes les publicités (à l’exception de Barilla peut-être) et ce n’est pas pour nous déplaire ! Plus de création, plus d’originalité, plus de folie dans un monde saturé de publicités ne serait pas un mal…laisser faire l’intuition et suggérer, plutôt que d’expliquer et argumenter…Si les marques veulent créer un échange, un dialogue avec le consommateur, qu’elles le fassent (quand elles en ont les moyens) à travers l’émotion, la surprise, le questionnement et non par le matraquage de publicités purement et simplement fades, sans saveurs ni créativité.

Cédric Gavillet

3 Tweets

3 commentaires Comments For This Post I'd Love to Hear Yours!

  1. f4lco dit :

    David Lynch semble ici jouer et intégrer les comparaisons et les complémentarités la plupart du temps dans les publicités qu’il réalise, en les mettant en avant comme moyens pour quitter une certaine solitude.

    Pour citer quelques les comparaisons dans les vidéos ci-dessus :

    1988 : La campagne « Obsession » de Calvin Klein
    l’homme et la femme (comparaison) sont font le choix de s’aimer et d’aimer leur parfum (ils sont complémentaire)

    Pub pour le parfum Opium (1992) :
    La femme trouve dans le parfum se qui lui manque dans sa solitude ( le complément de sa solitude, le parfum qui prend la place de l’homme ) en plongeant dans l’ivresse représenté comme une relation avec lui.

    Campagne PS2 : les pécheurs …
    Ici la solitude et présente, l’homme qui se jette à l’eau , prend cette décision folles pour sortir de sa réalité monotone. ( il est en recherche de sensation fortes, complétement différente de sa routine quotidienne, un complément à sa solitude )

    C’est très intéressant d’analyser les scénarios, les éléments de montage… et d’essayer de comprendre ce « qu’il veut faire ou dire », voici ceux que j’en tire donc de façon grossière et rapide.

    David Lynche sort des sentier battus, c’est une réalisateur audacieux et je ne pense pas que l’on pourra lui reprocher cela. Serte le sens ou la logique ne frappe pas tout le monde, mais ils font parties d’éléments parmi d’autres qui sont belle est bien travaillés et réfléchies que se soit de façon consciente ou inconsciente je pense dans ces réalisations.

3 commentaires Trackbacks For This Post

  1. Monsieur Propre au Louvre | MilkCheck

Commentez! Le Captain eBlog adore Ça!

Additional comments powered by BackType